Yann Goupil

Doctorant depuis 2018

Titre de la thèse : “Jean-Luc Nancy à l’atelier : un art inédit d’être au monde”

Dir. Jérôme Lèbre (Académie de Paris)

Résumé du projet de thèse : Depuis une trentaine d’années, Jean-Luc Nancy multiplie les interventions dans le champ artistique. Comme il l’explique lui-même , ce sont les sollicitations d’artistes, de curateurs de musées, pour un échange, un texte de catalogue, une conférence, qui ont intensifié son approche de la singularité artistique. Peu à peu, le motif de l’art a débordé le cadre de ces sollicitations pour devenir un motif essentiel dans le frayage de sa pensée. Prenant acte de cette architectonique nancyenne, nous aimerions mettre en évidence l’ébranlement qu’engage cette pensée qui excède ce qu’on appelle une « philosophie de l’art » et qui ouvre plutôt sur un art inédit d’être au monde.
Dans un monde tout entier dévoué à la production, à la croissance, au progrès, un geste traverse et persiste, un désir ou une désirance, c’est-à-dire selon Nancy un désir de désirer. Ce geste, ce désir a pris le nom d’art, un nom dont le concept a mué jusqu’à finir par déborder tout concept et tout usage. Cette opiniâtreté du geste depuis Chauvet devrait nous alerter et nous rendre attentifs à sa venue, à son événement, ce que Nancy aborde en jouant sur l’étymologie du verbe échoir soit ce qui vient par dévolution, déroulement, dépliement, soit ce qu’il nomme l’échéance de l’art, « ce qu’en d’autres lexiques on a pu nommer le “choc”, la “touche”, l’ “émotion” ou le “plaisir”, et qui participe indissociablement de la “création” comme de la “réception” ».
Penser l’événement de l’art avec Nancy, c’est relancer la question du désir comme désir du monde, ce qu’il nomme également ex-pression du monde, soit, au sens littéral du terme, une pression-hors-de. C’est cette ex-pression que nous aimerions approfondir afin non seulement de souligner le caractère processuel du monde, mais aussi d’affirmer avec Nancy que la logique du monde « se concentre comme logique de l’art : le monde n’est ni fait, ni à faire, il est ce “faire” aisthétique du frayage multiple des lieux selon lequel toutes choses ont lieu : le “faire” de l’ “il ya”. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search