Vicente Montenegro Bralic

Doctorant depuis 2015

Titre de la thèse : “De l’antihumanisme théorique au matérialisme aléatoire : Louis Althusser et la déconstruction du marxisme”

Dir. Vittorio Morfino (Université de Milan-Bicocca) et Guillaume Sibertin-Blanc (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis). Cotutelle avec l’Université de Milan-Bicocca

Résumé du projet de thèse : L’interprétation qui développe Louis Althusser de l’œuvre de Karl Marx au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, marque un point de non retour dans la tradition théorique du marxisme critique. Non seulement il relance tout un nouveau programme d’enquête autour de la théorie marxiste, mais aussi il le fait à partir d’une interrogation du marxisme motivée par des questions ou concepts « étrangers » à son champ de débat traditionnel. Soit à cause des effets du « structuralisme » dominant en France dans les années 1960, soit à cause de son intérêt pour la psychanalyse, ou même à cause de son intérêt particulier pour certains philosophes plus ou moins « canoniques » dans l’histoire de la philosophie, la lecture althussérienne de Marx et du marxisme jouit d’une originalité et d’une fécondité vérifiable jusqu’à aujourd’hui, avec la publication récente des livres, articles et thèses à lui consacrés (et même avec la poursuite de la publication de ses écrits posthumes). Justement à cause de cette richesse théorique, nous prenons comme point de référence pour notre recherche l’élaboration de la thèse de l’ « antihumanisme théorique » de Marx, développé par Althusser au début des années 1960, mais établie en 1965 avec la publication de Pour Marx et Lire le Capital. Les problèmes théoriques que cette thèse identifie au même temps qu’elle soulève, d’une part, obligent à reconsidérer (c’est-à-dire, à relire) une grande partie de l’œuvre de Marx et des concepts qui font partie de son héritage, mais, d’autre part, ils mettent en évidence l’affinité du questionnement d’Althusser par rapport au marxisme, avec d’autres auteurs et problématiques plus ou moins contemporaines à lui, comme celle de Foucault et les « sciences humaines », ou celle de Derrida par rapport à la phénoménologie et à la métaphysique en général, pour ne citer que deux. Cette recherche se propose de montrer comment la gestation de cette thèse sur l’antihumanisme théorique et la configuration de « la querelle de l’humanisme » telle qu’Althusser l’a mise au point à partir de Marx et de certains lectures du marxisme, peut — et peut-être doit — s’expliquer moyennant certains détours, c’est-à-dire, par voie de certaines dettes et filiations parfois plus cachées que déclarées. D’une part, on essayera de montrer comment la « Lettre sur l’humanisme » de Heidegger (1946) — texte déterminant pour toute une génération des philosophes en France —, et plus généralement l’existence d’un supposé « antihumanisme heideggerien », a pu exercer son influence sur la propre élaboration d’Althusser. D’autre part, on essayera de montrer également quel est le sens et la portée du rapport entre Althusser et Derrida, c’est-à-dire, leurs transferts, emprunts ou divergences théoriques, notamment en ce qui concerne la critique de l’humanisme et de la métaphysique. A partir de là, on verra que lorsque Derrida trouve les motifs de son questionnement dans la phénoménologie (Husserl et Heidegger), Althusser les élabore plus ou moins simultanément à partir de Marx et d’un « courant souterraine » du « matérialisme de la rencontre ». Althusser découvre ainsi un Marx inconnu : premier critique des origines, penseur d’une autre temporalité (le « procès sans sujet »), et celui qui mène la philosophie hors de soi, vers son dépassement, ou vers sa « transformation » dans une nouvelle « pratique théorique ». Par là même, on pourra comprendre que toute la question de la « coupure épistémologique » proposée par Althusser, peut être comprise comme une description du travail « déconstructif » de Marx lui-même, c’est-à-dire, comme son effort pour « sortir » de la tradition métaphysique depuis son « intérieur », comme le développement d’un discours qu’en héritant les catégories de la tradition, les déconstruit à partir des propres ressources qu’elle fournisse.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search