Séminaire “Savoirs du corps”

 

Présentation

Sous la responsabilité de Jean-Christophe Goddard et Jérôme Lèbre. Organisé en lien avec le volet recherche du master Erasmus Mundus EuroPhilosophie, LLA-Creatis, le Théâtre National de Chaillot, le Centre chorégraphique James Carlès, l’École des sables de Dakar, L’Usine à Tournefeuille, Utopiana Genève, la revue CorpoGrafias de la faculté d’art de l’Université de Bogotta, le théâtre des Mazades, la Fabrique à l’UT2J, le Collège International de Philosophie, le département de Philosophie de l’Université Jiaotong de Shanghai et l’École doctorale de philosophie de l’Université de Rome « Tor Vergata », l’International Visual Theatre, le Musée de l’Homme, le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Arte, France Culture, Les Inrockuptibles, Philosophie Magazine, Africultures, la Maison de la poésie à Paris. Le séminaire part du constat de la dépendance de la pensée académique à des dispositifs de contrainte corporelle comme dispositifs de normalisation épistémique et se propose d’en produire une critique qui ne soit pas exclusivement discursive à travers des pratiques artistiques concrètes mobilisant de manière centrale le corps en situation et en mouvement comme puissance de penser – tout particulièrement la danse et la performance. Fortement adossé aux théories contre-anthropologiques et décoloniales qui ont investi le champ de la philosophie et des sciences humaines dans les dernières décennies, le séminaire « Savoirs du corps » envisage ces pratiques corporelles comme les outils d’une désobéissance effective à l’image de la pensée imposée par le modèle monotopique de la rationalité européenne. Il se propose également de prend acte de la manière dont le « Mind body problem » d’ordre simplement épistémologique, jusqu’à la seconde moitié du 20ème siècle, s’est changé en problème culturel, cognitif, écologique qui récupère de façon critique la notion générale de « vie », de « contexte phénoménologique de vie », d’existence également. Il se propose de reconsidérer les tenants et aboutissants de ce changement pour le développement d’une perspective de philosophie du corps prenant en compte des intersections trans- et multidisciplinaires et trans- et multiculturelles : esthétique, arts du spectacle, phénoménologie, écologie, histoire de l’art et de la pensée de l’art, pensée orientale, africaine et afro-diasporique, nouvelles sciences cognitives, Cultural Studies. Le séminaire a pris la forme d’un ensemble de rencontres, de résidences artistiques, d’ateliers de réflexion et de création, à Toulouse et hors de Toulouse. Un collectif de philo-performance s’est formé à l’UT2J et produit sur plusieurs scènes sous le nom « Àjáso ». Pour dire son rapport critique à l’histoire séparée et coloniale de la philosophie européenne le collectif tirait son nom de l’Ofo yoruba de résurrection « Àjáso », rapporté et traduit par Pierre Fatumbi-Verger. Àjáso est le verbe de l’action conjointe de séparer et de rassembler, moyennant certaines matières animales et végétales, les parties d’un corps pour l’amener à la vie. Le verbe de l’unité dans un seul et même geste de la disjonction et de l’unification. Pratiquant l’intermédialité comme moyen d’une expérience critique de dislocation des formes socialisées et symboliquement instituées de l’écriture philosophique, comme de l’épistémologie (essentiellement coloniale) qu’elles supposent, le collectif Àjáso a été un laboratoire hasardeux de nouvelles textualités philosophiques. A l’écriture droite, véhiculaire, finalisée, muette, monolinéaire, de la production scolaire du texte philosophique, à la forme centralisée, uniformément expansive, bibliographique, individualisée, évaluable et hiérarchisable par des experts légaux cooptés, il a substitué l’écriture d’une texture composée par entrelacs de lignes gestuelles, imprévisibles et finies, lignes de vie, d’affects fugitifs et collectifs, fragiles cordels dont la trace subsiste dans la seule mémoire relationnelle des acteurs de la performance. Des doctorant·e·s de l’ERRaPhiS et des masterants Erasmus Mundus ont participé à des master class de danse suivies d’une restitution publique avec les élèves de la cellule de chorégraphie du Centre James Carlès (sous l’encadrement de Bernado Montet et Germaine Acogny).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search