Séminaire “Penser les décolonisations”

 

Présentation

Le séminaire « Penser les décolonisations » co-organisé par l’ERRaPhiS et le Centre de Philosophie du Droit de l’Université de Louvain-la-Neuve, sous la responsabilité pour l’UT2J de Norman Ajari, Hourya Bentouhami et Jean-Christophe Goddard (et de Marc Maesschalck à l’UCL). Financé par la Commission Européenne dans le cadre du volet « recherche » du projet Erasmus Mundus EuroPhilosophie. Le séminaire a accueilli depuis 2016 l’intégralité des Chaires EuroPhilosophie offertes à des universitaires extra-européens pour un séjour à l’UT2J. Le séminaire se veut le laboratoire international d’une structuration scientifique et institutionnelle des études décoloniales en Europe francophone postcoloniale. Dans le domaine de la pensée sociale et politique européenne, notamment dans le secteur francophone, le terme « décolonial » est employé pour désigner de manière indistincte des idées appartenant, en réalité, tantôt aux Cultural Studies (telles qu’on les retrouve en particulier en Angleterre), tantôt aux Postcolonial et aux Subaltern Studies (telles qu’on les retrouve notamment aux Pays-Bas ou en Autriche, en contact par exemple avec les recherches en Inde, etc.), tantôt encore au groupe Modernité/colonialité-décolonialité (ancré spécifiquement à l’origine en Amérique latine). Puisque le champ analytique et la perspective construite spécifiquement par les auteurs Latino-américains et Caribéens autour du fait colonial entend clairement se démarquer des deux autres mouvances par ses choix épistémologiques, nous pensons plus porteur de faire le séminaire en partant du terme « décolonial » au sens fort.  Au lieu  d’interroger toutes les formes de pensée qui auraient en commun le fait d’examiner le système colonial et ses effets, nous voudrions mieux saisir les enjeux d’un tournant décolonial de la pensée qui cherche à en finir avec la contre-dépendance à l’égard des modèles ethnocentriques et « péricentriques ». La question actuelle est précisément dans l’absence de rupture épistémologique à l’égard des effets directs des cadres posés par le colonialisme, alors que nous sommes aux prises fondamentalement avec ses effets indirects (la colonialité). Dans ce sens, le séminaire « Penser les décolonisations » entend prendre acte de la théorisation effectué sur le colonialisme et sur la colonialité par (1) le groupe Modernité/Colonialité-Décolonialité (Aníbal Quijano, Walter Mignolo, Santiago Castro-Gómez, Arturo Escobar, Catherine Walsh, Nelson Maldonado-Torres) ; (2) par les auteurs et les écoles qui ont inspiré ce groupe (Du Bois, Césaire, Fanon, Cabral, Enrique Dussel, Gloria Anzaldúa, entre autres) ; (3) et par les auteurs avec qui ils sont en dialogue continu (María Lugones, Lewis Gordon, etc.). La singularité et la puissance qu’offre cette lignée de pensée se trouve dans la reconnaissance du rôle que continue de jouer indirectement l’expérience vécue des sujets qui ont été marqués par le projet esclavagiste et déshumanisateur du pouvoir colonial (validé par la vision moderne du monde) dans la tâche de comprendre la vie humaine selon des formes hégémoniques de pouvoir, d’être, de connaître et d’organiser.  L’identification de cette matrice est d’autant plus importante pour parvenir à proposer des alternatives à celles-ci que son assimilation actuelle a atteint des formes de vie détachées du rapport immédiat à l’ordre colonial et à l’espace moderne qui le justifiait. L’enjeu est d’interroger les pratiques et les formes de pensée de ceux qui constituent ce qu’Enrique Dussel appelle l’ « extériorité » du système hégémonique pour y trouver des alternatives. Dans ce sens, le geste propre au « tournant décolonial » en décalant la géographie de la raison implique  que  « les possibilités pour produire et fonder la théorie et la philosophie sont multiples et qu’elles incluent une variété de références spatiales et corporelles : le bateau négrier et la plantation, le corps noir et celui de la chicana, l’île et l’archipel, la prison et le camp » (Maldonado-
Torres) (on a appelé cette nouvelle forme de penser « post-continental philosophy » ou comme Glissant une « pensée archipélique » parce qu’elle construit en soi-même la différence qu’implique le dépassement des savoirs ataviques liés au continentalisme colonial). C’est dans cette mesure que le séminaire prendra en compte les récents travaux en anthropologie critique réalisés notamment dans le champ des études amazoniennes (Eduardo Viveiros de Castro, Bruce Albert et Davi Kopenawa). Dans la mesure où ils marquent un renversement de la relation ethno/anthropologique (celle qui prévalait encore par exemple dans l’ethnophilosophie) en opérant du point de vue du colonisé auquel revient seul l’initiative et la détermination des modalités d’un échange diplomatique et critique à l’égard du peuple colonisateur dans le contexte des luttes indigènes.

Les thématiques du séminaire sont : 1. Écologie/environnement, agriculture et décolonisation en Europe, 2. Décoloniser l’espace public et (dé/re)construire la mémoire historique. 3. Décoloniser la laïcité. Penser la religion à partir de la pensée décoloniale, 4. Féminisme décolonial. 5. Aisthesis décoloniale. 6. Migration et colonialité de l’être.

 

Séances passées

6, 9 et 14 décembre 2016 : “Mythe et utopies fragmentaires” et “Invention et palabre de la démocratie”, avec Fabien Eboussi Boulaga
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

2 mars 2017 : “Accumulation primitive et guerre coloniale : économie, souveraineté et décolonialité”, avec Maurizio Lazzarato et le Comité pour l’Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM)
Université catholique de Louvain

24 avril 2017 : “Subjectivity, Decolonial Turn, and Decolonial Attitude in Face of the Coloniality of Being, Power, and Knowledge”, avec Nelson Maldonado-Torres
Université catholique de Louvain

4 mai 2017 : “Décoloniser la laïcité”, avec Luis Martínez Andrade et Mohamed Amer Meziane
Université catholique de Louvain

15 mai 2017 : “Decolonial Feminism & Global Politics”, avec Rosalba Icaza Garza
Université catholique de Louvain

2 juin 2017 : “James Carlès. Décoloniser la danse contemporaine”, avec James Carlès, Norman Ajari et Jean-Christophe Goddard
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

2 juin 2017 : Aisthesis décoloniale et mémoire collective : pensées sur la terre et le temps”, avec Rolando Vázquez
Université catholique de Louvain

20 juin 2017 : “Multiversum. Ernst Bloch à la rencontre de la pensée décoloniale”, avec Beat Dietschy
Université catholique de Louvain

11 octobre 2017 : “La colonisation du savoir”, avec Samir Boumediene
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

25 octobre 2017 : “Philosophies autres” (journée organisée dans le cadre des séminaires “Penser les décolonisations” et “Savoirs du corps”), avec Norman Ajari, Lina Alvarez, Hourya Bentouhami, Loreline Courret, Erika Molina Garcia, Marc Maesschalck, Begonya Sàez Tajafuerce et Benedetta Zaccarelo
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

17 novembre 2017 : “Résistances des peuples autochtones de Guyane française”, avec Maurice Tiouka
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

11, 12, 16 et 23 janvier 2018 : “L’asphyxie indigène – terre, corps, affects et dispositifs génocidaires au Brésil aujourd’hui”, avec Oiara Bonilla
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

1er et 2 mars 2018 : “Rita Segato: An Anthropology on Demand”, avec Rita Segato
Université catholique de Louvain

18 mai 2018 : “Marielle Franco Vive”, avec Mariana Bastos, Oiara Bonilla, Zuleide de Queiroz et Tatiana Roque
Goethe-Institut de Toulouse

25 juin 2018 : Cycle de conférences, avec Juan Pablo Bermudez, Nohelia Carrasco, Santiago Castro-Gomez, Arturo Escobar et Ricardo Salas
Université catholique de Louvain

9, 12, 15, 16 et 18 octobre 2018 : “La domestication : de la métaphore à la théorie”, avec Ghassan Hage (chaire EuroPhilosophie)
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

21 janvier 2019 : Cycle de conférences, avec Oiara Bonilla et Patrice Yengo
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

19 mars 2019 : “Devenirs autochtones en Guyane française”, avec Aïmawalé Opoya et Christophe Rulhes
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

20 mai 2019 : “Féminisme noir et décolonisation des savoirs”, avec Djamila Ribeiro
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

21 mai 2019 : “Le capitalisme patriarcal”, avec Silvia Federici
Université Toulouse 2 Jean Jaurès

12 juin 2019 : “Les usages politiques de la violence. Le cas du Nicaragua”, avec Zeto Bórquez, Bernard Duterme et María Angélica Sánchez
Université catholique de Louvain

22 octobre 2019 : Cycle de conférences, avec Eduardo Viveiros de Castro et Deborah Danowski
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

22 novembre 2019 : “Marielle Presente”, avec Monica Benicio
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

10 janvier 2020 : “Fascisme et néolibéralisme”, avec Vladimir Safatle et Grégoire Chamayou
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

11 décembre 2020 : “Penser et lutter contre l’antitsiganisme : perspectives franco-espagnoles”, avec Patricia Caro Maya, Sairmir Mile, Isaac Motos Pérez et Atanas Zahariev
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

16 décembre 2020 : Lancement de la traduction française d’Autonomie et design d’Arturo Escobar, avec Arturo Escobar, Anne-Laure Bonvalot et Claude Bourguignon RougierLina Alvarez, Jean-Christophe Goddard, Marc Maesschalck, Alexandre Monnin et Guillaume Sibertin-Blanc
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

19 mars 2021 : “Politiques des identités et des représentations queer/cuir. Performa(r)tivité et ar(t)chive”, avec Thérèse Courau, Marie-Agnès Palaisi et Sayak Valencia
Université Toulouse 2 Jean-Jaurès

 

 

Page Facebook accessible en cliquant ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search