Séminaire “Marx aujourd’hui”

 

Présentation

Sous la responsabilité d’Emmanuel Barot. Le séminaire interroge, avec Lénine et Gramsci, la notion de « crise révolutionnaire » et « d’irruption des masses ». Il élabore le concept d’une révolution sans « direction », et questionne le rôle de la violence dans le processus révolutionnaire. Cette approche le conduit à mettre le marxisme en confrontation avec la pensée critique contemporaine notamment issue des études postcoloniales. Depuis leur apparition au milieu des années 1980, les études postcoloniales ont été l’objet de nombreuses critiques et d’un débat très vif, notamment au sein du champ marxiste (A. Ahmad, B. Parry, N. Lazarus). Accusées d’avoir rejeté la critique de l’économie politique au profit du tournant linguistique et d’avoir adopté une approche anti-matérialiste de la question (post)coloniale, les théories postcoloniales n’ont pourtant jamais cessé de se confronter à la tradition marxiste bien que privilégiant, le plus souvent, le registre de la critique à celui de l’exploration d’une intégration possible. Le séminaire aborde en outre la difficulté qu’a eu un pan entier du mouvement ouvrier à s’attaquer de front au contradictions raciales du capitalisme, et fait l’inventaire des nombreuses traditions marxistes qui ont pourtant tenté de théoriser la question raciale et sa place au sein du capitalisme. Il s’intéresse ainsi à ce que Cedric Robinson a appelé le Black Marxism, dans son livre éponyme, et plus précisément à l’une de ses figures les plus importantes : C.L.R. James et à sa théorisation de la question raciale. Il interroge la refonte de la théorie marxiste de l’Etat issue de la guerre d’Algérie. Face au pouvoir gaulliste, l’opposition de gauche dut faire le bilan de la tradition républicaine et de l’antifascisme, prenant mesure de l’autonomie relative de l’exécutif par rapport aux forces sociales responsables de la crise ainsi qu’aux appareils répressifs de la police et de l’armée. Les fruits de cette réflexion allaient alimenter la pensée critique tout au long des décennies. Le séminaire sur cette question met en discussion les travaux de Grey Anderson (La guerre civile en France : du coup d’État gaulliste à la fin de l’O.A.S.).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search