Pierre Manzano

Doctorant (CDU) depuis 2016

Titre de la thèse : “Biopolitiques : essai sur la philosophie politique de Giorgio Agamben”

Dir. Guillaume Sibertin-Blanc (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis)

Résumé du projet de thèse : Ce projet de thèse a pour fil conducteur l’idée que la philosophie politique de Giorgio Agamben et sa reprise du concept foucaldien de ‘biopolitique’ peuvent être lues comme une tentative d’articuler une théorie originale de l’État avec la thématique messianique, et que cette articulation permet de forger une nouvelle grille de lecture générale des théories et des pratiques politiques. Pour développer cette idée directrice, une méthode dialogique sera privilégiée, de manière à cerner la place singulière de l’oeuvre d’Agamben dans le paysage de la philosophie contemporaine en reconstruisant les dialogues (explicites et implicites) qui en permettent la pleine lisibilité. Ce travail se concentrera en particulier sur l’héritage de Michel Foucault et Jacques Derrida : de Foucault, Agamben reprend et remanie profondément la catégorie de biopolitique, en la remettant au service d’une théorie de l’État que Foucault refusait d’envisager; de Derrida, Agamben reprend la problématique messianique, mais en rechargeant sa signification pour toute une tradition de la pensée révolutionnaire, que Derrida avait au contraire relativement neutralisée. La principale hypothèse de travail est que c’est précisément à partir des limites qu’Agamben identifie dans les œuvres de ces deux penseurs, et parce qu’il croise leurs influences, qu’il parvient à élaborer une nouvelle théorie de l’État qui est en même temps une théorie des forces extérieures à l’État et résistant ou contestant son emprise. Une « gigantomachie biopolitique » donc, suivant un terme emprunté à un passage de Homo Sacer, entre des puissances étatiques et non-étatiques, dont la « biopolitique » est à la fois l’élément, l’objet et l’enjeu. De ce projet de confrontation d’Agamben à ses prédécesseurs ainsi que de la thématique biopolitique à la thématique messianique se dégagent programmatiquement trois conséquences majeures: en premier lieu, la ré-actualisation possible des corpus de Foucault et Derrida à l’aune de problématiques politiques actuelles, notamment par le biais d’une nouvelle théorie de l’État; en deuxième lieu, le désenclavement de la théorie agambenienne de l’État de son carcan métaphysique et la re-historicisation de ses objets par les dialogues avec l’archéologie foucaldienne et la déconstruction derridienne, toutes deux étant des méthodes de prise en charge de la dimension historique des objets de la pensée politique; enfin, en troisième lieu, se dessinera en creux de ces deux premières conséquences, la perspective d’un concept politique de vie ou d’un concept de bio-politique comme analyseur général des phénomènes politiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search