Jonathan Boro

Doctorant depuis 2020

Titre de la thèse : “Genre et Identité en question dans la philosophie Postmoderne”

Dir. Jérôme Lèbre (Académie de Paris) et Jacques Nanema (Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou, Burkina Faso). Cotutelle avec l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou

Résumé du projet de thèse : La société contemporaine fait face à des mutations de tous ordres. Nos sociétés sont en plein crise dans leur configuration culturelle, religieuse et politique, des fractures se manifestent au sein de nos sociétés en pleine mutation et mettent en cause et en question les valeurs et identités individuelles et collectives. Au titre de ces valeurs mises à rude épreuve, il y a les valeurs fondatrices du genre et de l’identité. Alors : La révision du rapport contemporain au sexe et au genre correspond-elle à affirmation de l’effacement de la distinction homme/femme ? Une telle affirmation s’accompagne-t-elle d’une manière concrète de l’effacement de traitements lié au sexe ? Les stéréotypes construits autour des identités des minorités (homosexuels, transsexuels, transgenres…) sont-ils toujours favorables ou recevables dans le monde de l’emploi dans une dynamique de l’égalité ? Pourtant la tolérance et l’acception des nouveaux visages du genre et de l’identité n’accompagnent pas pourtant ces mutations. Face à cet état de fait, la philosophie comprise comme « anthropologie pragmatique » trouve une nouvelle légitimité à interroger le sens de notre être-au-monde et celui de nos appartenances diverses. D’où le choix de notre sujet de réflexion ainsi formulé : « Genre et Identité en questions dans la philosophie postmoderne ». Le problème consiste donc à trouver les fondements qui peuvent justifier et rendre acceptable de tels mutations. La question centrale de notre recherche est alors la suivante : en quoi la philosophie postmoderne offre-t-elle une possibilité d’analyse des questions sur le genre et l’identité telles que présentes dans notre culture contemporaine ? Notre hypothèse consiste à dire que ce sont les idéologies traditionnelles et modernes de par leur essence qui rendent difficiles l’acceptation et intolérable ces changements. Par conséquent, la philosophie Postmoderne en tant que dépassement des identités fixes, inflexibles, semblerait à notre avis mieux indiquée pour rendre tolérable et acceptable de ces mutations. Au bout de notre réflexion, qui se veut déductive, nous espérons parvenir à montrer que : le genre et l’identité tels que traditionnellement présents dans nos consciences sont mal fondés ; qu’il existe, dans la philosophie Postmoderne de nouvelles façons de concevoir les valeurs à mêmes de rendre acceptable et tolérable la révision de nos conceptions du genre et de l’identité et qu’il y a nécessité de prendre en compte les nouvelles identités pour créer une société dans laquelle la liberté et l’égalité sont réellement valables pour tous.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search