Eduardo Jochamowitz

Doctorant depuis 2017

Titre de la thèse : “Critique et crise du travail : une généalogie du concept d’aliénation”

Dir. Jean-Christophe Goddard (Université Toulouse 2 Jean-Jaurès) et Jean Lerclercq (Université catholique de Louvain, Belgique). Cotutelle avec l’Université catholique de Louvain

Résumé du projet de thèse : Notre projet vise à contribuer à la compréhension des fondements conceptuels de l’aliénation, en problématisant la fonction de l’aliénation dans la constitution de la subjectivité et des rapports sociaux. En partant de la formulation dialectique d’Hegel et Marx, notre objectif est d’envisager les conséquences d’une transformation du concept d’aliénation à la lumière de la critique du postfordisme. Notre hypothèse est que l’aliénation est une incapacité pratique liée au processus d’appropriation de soi et du monde, c’est-à-dire l’incapacité de donner une existence effective au soi et aux relations sociales à travers le processus de production de l’altérité. Notre thèse affirme que le mouvement de l’aliénation est le point de départ de la subjectivation de l’individu. D’après notre perspective, dépasser l’aliénation ne consiste pas en la récupération d’une relation du sujet-objet originaire troublée par un changement historique. L’aliénation propre du capitalisme marque l’émergence d’un sujet qui doit se confronter avec des exigences contraires à sa réalisation individuelle étant donné qu’il soutient un rapport abstrait avec lui-même. En conséquence, nous soutiendrons que une théorie de la subjectivation doit prendre en compte les limites d’un champ transcendantal où apparaît une subjectivité confrontée par son altérité et, en parallèle, les conditions sociales qui amènent à la postulation d’un sujet réconcilié à son altérité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search