École d’été “Philosophies européennes et décolonisation de la pensée”

 

Présentation

L’École d’été « Philosophies européennes et décolonisation de la pensée » s’est déroulée en août 2016. Organisée et financée par le Consortium EuroPhilosophie et l’Université Franco-Allemande (UFA/DFH). Sous la responsabilité pour l’UT2J de Norman Ajari, Hourya Bentouhami, Pierre Buhlmann, Anne Coignard, Jean-Christophe Goddard et Guillaume Sibertin-Blanc. 200 communicants (doctorant·e·s UT2J, jeunes chercheur·e·s nationaux et internationaux). Trilingue, français, anglais, allemand. Placée sous le patronage de Enrique Dussel présent à Toulouse pour l’occasion. Avec Marc Maesschalck, François Burgat, Joyce C.H. Liu, Rolando Vazquez, Matthieu Renault, Walter Mignolo, Lewis Gordon, Alain Brossat, Luis Martinez Andrade, Nelson Maldonado Torres.

Il est devenu courant, depuis une dizaine d’années, d’évoquer un tournant spatial en sciences sociales, succédant au tournant linguistique des années 1970. Cette nouvelle approche, qui a notamment permis de renouveler notre compréhension des inégalités à diverses échelles, ne semble pas avoir connu d’équivalent en philosophie. Certes, Deleuze et Guattari ont eu le mérite d’introduire la notion de géophilosophie, mais ils limitent leur étude à celle des différentes philosophies de l’Europe occidentale. Au contraire, des recherches plus récentes mettent en évidence que le principal apport d’une prise en compte de la spatialité pour la philosophie tient à l’affirmation de l’importance des éthiques, des épistémologies, des théories politiques, ou des métaphysiques non européennes. Ce n’est pas le moindre mérite d’ouvrages issus des sciences sociales comme ceux de Jean et John Comaroff, Boaventura de Sousa Santos ou Eduardo Viveiros de Castro que de rappeler aux philosophes du Nord global l’importance, l’originalité et la grande variété de la production intellectuelle africaine, asiatique ou sud-américaine. Or cette omission de la majeure partie du monde dans la recherche en philosophie n’est pas due au hasard, pas plus qu’à une négligence regrettable. Nous faisons l’hypothèse, suivant un courant récent de la théorie critique latino-américaine (Maesschalck et Loute ; Bourguignon Rougier, Colin et Grosfoguel) que c’est là le résultat d’une géopolitique de la connaissance européocentriste, fruit des persistances d’une organisation coloniale du monde née voilà quatre siècles avec la conquête des Amériques, puis la traite transatlantique. Comme l’a montré Walter Mignolo, cette histoire est la matrice de la constitution d’une « épistémologie du point zéro », à la faveur de laquelle la seule approche légitime en sciences humaines consiste en un effacement de la position concrète, existentielle, vivante, du chercheur. C’est pour rompre avec cet héritage colonial de la pensée que des philosophes tels que Lewis Gordon ont proposé une critique de la « décadence disciplinaire », c’est-à-dire de la tendance des chercheurs à confondre leur discipline avec le monde, en y effaçant l’altérité qui toujours résiste à une approche disciplinaire qui ne cherche qu’à l’effacer. À l’apparition de telles approches critiques coïncide une redécouverte progressive de l’importance philosophique de l’œuvre de figures anticoloniales telles que Frantz Fanon, W.E.B. du Bois, C.L.R. James, Manuel Quintín Lame, etc. C’est qu’il ne s’agit pas simplement d’élaborer de nouveaux concepts et de nouvelles méthodes qui refusent l’européocentrisme. Cela ne peut s’accompagner que d’un effort de réappropriation d’œuvres, de théories et de courants de pensée issus du Sud global et du monde non-blanc. C’est ainsi que commencent à se dessiner un paysage et un projet. Le paysage est celui d’une pluralité maximale d’approches théoriques légitimes, ne pourra voir le jour qu’à la condition que soit réalisé le projet, qui est celui d’une décolonisation de la philosophie. C’est-à-dire d’un déplacement de ses objets, de ses procédures, de ses modes d’argumentation et de leurs procédures de légitimation.

 

Programme complet accessible en cliquant ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search