Dolunay Yazici

Doctorante depuis 2017

Titre de la thèse : “La mémoire et le lieu chez Warburg”

Dir. Jérôme Lèbre (Académie de Toulouse)

Résumé du projet de thèse :  “Fonder l’histoire de l’art en tant que science” a été l’objet, et le but des recherches menées par Aby Warburg. La volonté est certes kantienne, or les contributions d’Aby Warburg à la philosophie et à l’histoire de l’art ne se thématisent ni dans la continuité de la philosophie transcendantale – à la différence de ses éminents homologues ; Ernest Cassirer, Erwin Panofsky – ni dans le dépassement des limites posées de la raison critique. Aby Warburg a tenté une recherche atypique dès son mémoire de fin d’étude universitaire sur Botticelli (1892), jusqu’aux trois premières décades du siècle dernier (1929).
Théoriquement, il a initié l’iconologie – l’étude des images – par ses travaux sur la Renaissance. Méthodologiquement il a formulé une conception et une philosophie de l’histoire de l’art; contre le formalisme esthétique et historique. Que serait le cadrage d’une histoire de l’art en tant que science sans l’universalisme esthétique et sans historicisme périodique ? Cette méthodologie est désignée par Giorgio Agamben comme ‘’la science sans nom ’’. L’histoire de l’art de Warburg est dès lors une épistémologie inédite de l’historique et de l’artistique. En effet Aby Warburg n’a pris comme méthode scientifique, la démonstration des causes ni en histoire ni en esthétique, mais a établit des relations structurelles de sens culturel (intégrant par là organiquement les deux domaines : l’art et l’histoire).
Le dernier travail d’Aby Warburg resté inachevé en 1929 est un atlas de l’histoire de l’art : Atlas Mnémosyne. Il définit son atlas des images – bilderatlas – comme ‘’la somme de son œuvre scientifique’’. Mnémosyne : le nom du Dieu Antique de la mémoire, dont le nom était inscrit à l’entrée de la bibliothèque de Warburg en 1926. Même si la mémoire n’a pas vu le jour chez Warburg en tant que théorie spéculative comme c’est le cas dans l’œuvre de Bergson ; la question et le fonctionnement de la mémoire comme fondatrice de culture et d’historicité traverse toutes les investigations d’Aby Warburg. En effet il est le premier et le seul historien de son période dont toute l’œuvre traite la mémoire et l’intègre dans sa propre méthodologie. Il fait parti des premiers savants à intégrer la mémoire de manière heuristique presqu’en même temps que la sociologie de Maurice Halbwachs , et l’inconscient de Freud. Chez Aby Warburg l’importance théorique de la mémoire s’accroît au fur des années car elle a une fonction heuristique, qui finit par donner son nom à sa dernière œuvre.
Toutes les thématiques warburgienne stylistique, esthétique, structurelle de l’histoire de l’art ; Pathosformeln, Nachleben der Antike, la polarité ou encore la dialectique de la tragédie s’expliquent par une réflexion sur Mneme/la mémoire (biologique, anthropologique, culturelle, et historique) et aboutissent à son approfondissement méthodologique. Aby Warburg lecteur admiré de l’historien suisse Jacob Burckhardt, voit dans le processus historique non pas une évolution spéculative normative, mais une unité vivante contradictoire, et compliquée de la genèse d’une civilisation . L’Atlas Mnémosyne devient dès lors une histoire de l’art assez mystérieuse (sans explication causale/sans texte, hétéronome et non chronologique) des survivances qui traversent les époques, se modifient, s’adaptent ou résistent selon un fonctionnement anthropologique de la mémoire déchiffrable dans les archives de l’humanité.
Cette perception de l’historicité de l’art est une méthode fondée sur la mémoire primitive des images au sens matériel et non mental. La temporalité de la mémoire n’est pas chez Warburg une abstraction formelle, -artistique/littéraire- du présent comme chez Marcel Proust, ni une distinction ontologique – de l’élan vital de la durée – comme chez Henri Bergson, mais elle est essentiellement symptomatique ; psychique et matérielle, artistique et historique. L’histoire de l’art comme diagnostic des lieux symptomatiques de la mémoire collective est dès lors une conception de scientificité inédite : il s’agit d’une autre configuration du rapport de la mémoire au lieu, de la temporalité à l’espace.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search