Claire Melot

Doctorante depuis 2017

Titre de la thèse : “Les moments de l’assemblage. Pour une autre phénoménologie de l’espace”

Dir. Jérôme Lèbre (Académie de Paris)

Résumé du projet de thèse : Explorer ce que peut signifier l’accueil en philosophie oblige à interroger le rapport axiomatique entre identité et espace. C’est-à-dire à s’intéresser à une phénoménologie de l’espace qui admet la possibilité d’une simultanéité d’identités multiples.
Si on attend toujours de l’architecture la production des conditions d’un accueil, la remise en cause de l’arkhè portée par la déconstruction mène à quelque chose d’inquiétant pour l’architecte : le non-assemblé devient réalité. Les moments de l’assemblage prennent place dans un monde de l’ensemble non-assemblé, où ce que nous nommons espace et temps pourrait être appréhendé comme une question lancée à nos gestes, individuels et collectifs.
Convoquant la notion de conflit – pendant de celle d’accueil – la recherche tentera une compréhension de l’assemblage comme seuil de rencontre, comme moment où les choses se touchent, où s’inventent des figures ne répondant plus à un principe premier, ni causal, ni d’autorité.
De quel accueil peut-il alors s’agir dans un monde de l’ensemble non-assemblé ? Et est-il encore possible de traiter l’accueil comme notion philosophique ?
La figure du tas et les occupations contemporaines de l’espace traversent l’horizon philosophique et architectural de cette recherche. De l’espace grec excluant (Héraclite, Gorgias) à la “struction” développée par Jean-Luc Nancy, la recherche s’attachera à comprendre ces figures prises par l’ensemble non-assemblé.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search