Aurélie Bernard

Doctorante depuis 2016

Titre de la thèse : « Simulacres et désobéissance : rompre avec la société du spectacle »

Dir. Hourya Bentouhami (Université Toulouse 2 Jean-Jaurès) et Begonya Saez Tajafuerce (Université autonome de Barcelone, Catalogne, Espagne). Cotutelle avec l’Université autonome de Barcelone

Résumé du projet de thèse : Tout au long de mes trois premières années de recherche de thèse, je me suis consacrée à l’étude de la désobéissance libertaire, comment elle s’instaure et prend forme au sein de la société du spectacle telle que les Situationnistes l’ont décrite. En discutant, en vivant, en étant active au sein de zones d’autonomies qui étaient mes terrains de recherche, un sujet séquentiel se révélait : l’histoire d’une persona construite par les simulacres entrant dans un processus d’individuation puis d’empowerment. Dans un monde où les simulacres se sont appropriés l’entièreté de nos enveloppes corporelles, de nos quotidiens, de notre langage et de nos pensées jusqu’à forger le maillage architectural de nos paysages, être, révéler le soi qui est en nous ne peut se faire qu’à travers l’individuation. Ce processus dévoile une réalité où émerge des phases propres à chacun et chacune dans l’être, également constituantes des phases de l’être. En ce sens l’individuation est « ce par quoi l’être devient en tant qu’il est, comme être » (Simondon) Il permet de briser les limites physiques de l’espace, du temps et de l’esprit créant une zone où les restrictions imposées par les simulacres sont limitées. Ce qui m’a intéressé tout au long des multiples échanges avec les désobéissant.es anarchistes est le visage de circonstance, cette persona ou masque symbolique et/ou physique que nous portons pour surmonter, affronter, vivre les différentes exigences auxquelles la vie nous confronte quotidiennement. Les désobéissant.es anarchistes rencontré.es se servent de cette persona de différentes manières. Le masque peut être physique et permet le jeu et la démonstration de force et d’unité tout en sauvegardant l’anonymat de celui ou celle qui le porte ; il permet également la mise en scène et la représentation. Il est aussi symbolique, forme de rempart à l’ennemi : montrer une illusion en portant le masque de la citoyenneté, ce que la société et l’État veulent voir sans que jamais ils ne sachent qui ces militant.es sont réellement. Il permet également de posséder un rôle social, de s’inscrire comme sujet afin de répondre aux différentes exigences de la société. Le masque cache et il n’est à mon sens pas simulacre dans cette perspective puisqu’il est utilisé comme outil de lutte et permet de se fondre dans une société dont ils et elles combattent l’organisation et les structures considérées comme oppressives, coercitives et totalitaires. Le masque leur permet de préserver leur pouvoir et leur capacité d’action, de les cacher afin que l’État ne puisse s’en servir. Lors de mes multiples rencontres et expériences au sein de zones à défendre, de manifestations, de lieux autonomes et ateliers participatifs, je me suis rendue compte que le processus d’individuation puis l’engagement participatif collectif et social sont directement liés au milieu dans lequel l’individu évolue. Pour à la fois développer la genèse de l’individu devenu désobéissant anarchiste je ne pouvais dissocier l’être en évolution, notamment à travers le processus d’individuation comme production de réalité, et le milieu dans lequel il s’inscrit. J’ai choisi de prendre le concept de représentation pour décrire le processus par lequel l’individu s’engage dans la désobéissance anarchiste. J’ai ainsi choisi d’ouvrir mes terrains de recherche non seulement à la désobéissance anarchiste centrée sur la fabrication de commun au sein de zones éphémères ou à engagements pérennes, également à la désobéissance anarchiste autonome, où le jeu par représentation scénique, notamment en ville lors de manifestations, de rassemblements internationaux lors de sommets ou rencontres bilatérales politiques et économiques, fait totalement partie d’une stratégie d’action. Ainsi, au sein de cette recherche deux formes de désobéissances anarchistes se manifestent, d’une part géographique et d’autre part au sein de la construction stratégique d’actions politiques, impliquant des représentations par le masque très différentes. Néanmoins, que la désobéissance anarchiste s’attache à changer la société pour changer l’humain ou agir localement pour faire évoluer la société, révélant une particularité structurelle tout à fait fondamentale à la dissociation de la désobéissance anarchiste, le processus d’individuation puis l’engagement de l’individu dans un milieu affinitaire de lutte restent le même. La personne, en devenant un individu intégré, en s’accordant, en s’identifiant à la réalisation de soi, atteint l’autonomie et l’indépendance et, en participant activement à la réalisation d’un groupe, trouvera un début de liberté.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search